EOPN – Groupe

Cette épreuve orale consiste à vous mettre dans la peau d’un personnage que l’on vous aura attribué. Préparée individuellement, elle réunit un groupe de trois à cinq candidats en situation de réunion de travail.

Nos conseils pour réussir l’épreuve

Le candidat efficace au sein d’un groupe, celui donc dont seront positivement relevés le comportement et la façon d’être, sera celui présentant la conjugaison des capacités suivantes :

1-L’écoute

Invités à « jouer à l’entreprise », les candidats appelés à être distingués seront ceux perçus comme étant dotés des qualités constitutives du bon cadre ou dirigeant d’entreprise. Une entreprise ou une organisation repose de plus en plus sur le caractère collectif des décisions et la capacité des dirigeants à écouter leurs collaborateurs et échanger avec eux avant de prendre des décisions.
Par voie de conséquence, le « bon » candidat sera celui qui, au sein d’un groupe, saura ostensiblement montrer qu’il sait se mettre à l’écoute des autres membres du groupe. Il manifestera cette aptitude à l’écoute par la mise en pratique de « l’écoute active ». Cette méthode consiste à réellement chercher, de façon constructive, à absorber ce que disent ou transmettent les autres et à adopter une posture qui leur fasse comprendre que vous les écoutez vraiment.

2-La participation

Pour autant, le candidat appelé à être distingué devra également prendre part aux discussions du groupe, donc intervenir à bon escient. Sa posture doit être tout à la fois faite d’écoute et d’implication, de silences et de prises de parole mesurées. Il devra, par ses interventions, faire apprécier sa présence et sa contribution à l’avancement du groupe.

3-L’expression orale

Les membres des jurys des entretiens de groupe sont vigilants quant à la qualité de l’expression orale. Cela signifie que vous devez être attentif à la formulation de vos phrases, ce qui sous-entend que vous effectuiez des phrases, et aux mots que vous employez, comme dans le cadre d’une conversation professionnelle par exemple. Vous éviterez donc les mots trop familiers (« boîte » au lieu d’entreprise) et les mots issus du vocabulaire « jeune », comme « top », « trop bien », de nature à heurter défavorablement les oreilles de membres de votre jury.

4-L’esprit de construction

Même si le travail de groupe qui vous est demandé présente, compte notamment tenu du temps qui vous est imparti, un certain caractère d’artificialité, vous devez jouer le jeu. Jouer le jeu signifie être positif, vous mettre réellement dans le rôle attendu de vous et penser « solutions ». Ne faites surtout pas partie de ceux qui ne voient que des obstacles ou des impossibilités pour mener à bien la mission confiée. Même si des difficultés existent, vous devez les évoquer pour produire des solutions les surmontant. Votre « qualification » passera par là, par votre aptitude à être « solutions minded ».

5-L’esprit d’organisation

C’est par la mise en oeuvre d’un esprit d’organisation et de synthèse que s’illustrera un bon candidat. Composé d’individus ne se connaissant pas mais rivaux, appelé à traiter ou résoudre une question ou un problème en un temps limité, un groupe sera collectivement jugé à son aptitude à atteindre les objectifs lui étant assignés. La réussite du groupe passera fondamentalement par sa capacité à s’organiser.
Les organisateurs de l’épreuve apprécieront donc tout particulièrement les candidats dotés d’un bon sens de l’organisation, c’est-à-dire capable de faire travailler et progresser le groupe en produisant une méthode de travail. Dernier point : pensez à rappeler une fois ou deux le temps restant ! Cela montre que vous êtes bien organisé.

6-L’esprit de synthèse

Devant produire un résultat en un temps limité, le groupe dont vous ferez partie sera collectivement jugé sur l’atteinte ou pas de ce résultat.
Partant, les bons candidats seront ceux aptes à faire avancer le groupe tout en maîtrisant le temps et son écoulement, à lui faire produire des bilans d’étape et à le faire aboutir à une solution.
Plus que des interventions fréquentes, les vôtres seront d’autant plus appréciées qu’elles viseront à faire le point sur ce qui vient d’être dit par le groupe, effectueront des synthèses ponctuelles et évoqueront les différentes dimensions de la question suivante à faire traiter par le groupe.

Les conseils généraux suivants proviennent de ceux donnés pour les épreuves de groupe de la sélection PNT Airfrance.

Les épreuves de groupe permettent d’observer le comportement d’un groupe dans sa démarche pour :

  • Réfléchir et donner son opinion sur un thème choisi ou imposé
  • Essayer de résoudre un problème posé

Mais le groupe ne parviendra à formuler de conclusions collégiales que si celui-ci garde en toutes circonstances sa COHESION.
C’est pourquoi il faut savoir quelle conduite tenir à l’égard des membres du groupe qui pourraient entrer dans les catégories suivantes :

Les gêneurs
Les opposants

Les silencieux
Les poids morts

LES ACTIFS

Les gêneurs

AttitudeConduite à tenir
Le bavard
S’exprime sans arrêt, dessine, commente, développe, pense tout haut et casse le rythme.
Le mettre dans le vide.
Profiter d’une reprise de souffle pour le remettre dans le chemin.
Le ricochet
Pense par association d’idées, spécialiste de la digression.
Détourne du sujet l’attention de ses voisins.
L’inviter à reformuler et commenter la dernière phrase de la discussion.
La mouche du coche
Conseiller inépuisable et non-sollicité, souvent pédant et prétentieux
Reformuler ses propos et le remercier.
Le pointilleux
Interrompt souvent le groupe dans sa progression vers les objectifs pour obtenir des précisions.
Soulève des points de détails.
Harcèle de questions en coupe d’épingle
Ne pas s’opposer à lui.
Lui faire comprendre que ses questions sont pénalisantes pour le groupe.
Montrer qu’il faut passer sur les points de détails (respect du temps).
Le rigolo
Certainement un brave type.
Feint prendre à la légère.
C’est un complexé qui se cache.
Freine le groupe dans sa réflexion
Ne pas entrer dans son jeu, sinon risque de perdre le sérieux de la démarche (ce n’est pas une partie de rigolade).
À chaque plaisanterie, lui répondre en lui posant une question sérieuse mais facile.

Les opposants

AttitudeConduite à tenir
L’obsédé chronique
N’à qu’une seule idée en tête.
Ramène sans arrêt le groupe à cette idée fixe.
Lui parler avec compréhension.
Essayer de dénoncer son opposition en utilisant ce qu’il peut apporter de positif.
Le buté, dit “le bulldozer”
C’est un fonceur.
N’écoute rien ni personne.
Essayer de lui faire réintégrer le groupe en le contournant.
Profiter d’un élément positif de sa façon de penser, de réagir.
L’objecteur systématique
Esprit de contradiction
Est ce qu’on appelle un “esprit étroit”.
Voit tout par le petit bout de la lorgnette.
Inquiet et susceptible.
Enclin à tout critiquer.
Le positiver : en effet, il peut être précieux dans la mesure où il ne laisse passer aucune erreur, aucun risque.
L’inviter à être constructif et l’interroger pour qu’il puisse développer.
Il arrivera rapidement à bout de souffle.
L’esprit fort
C’est le seul à être au courant/qui a de l’expérience/qui a des relations.
Agaçant, même s’il est effectivement très calé.
Le faire taire en le harcelant de questions difficiles si possible.
Le groupe doit le juger tout en reconnaissant son apport positif.
L’agressif
En principe c’est un “écorché vif”.
Éprouve le besoin d’égratigner tout le monde.
Ne peut rien affirmer sans passer par des attaques personnelles.
Rester souple vis à vis de cette personne, ne pas prendre parti (il est frustré).
Invoquer l’exigence de courtoisie et les nécessités de l’horaire pour qu’il se raccroche au groupe.
Ne pas l’écouter (c’est la première réaction du groupe).

LES PASSIFS

Les silencieux

AttitudeConduite à tenir
Le renfrogné
À décidé de se taire.
Est en désaccord préalable avec le groupe ou sur le choix du thème retenu.
Se mure ostensiblement dans son silence.
Le tirer absolument de sa bouderie.
Lui poser des questions à bon escient pour le faire briller.
L’intégrer peu à peu en l’intéressant.
Le complexé
Gêné.
Se croit d’un statut inférieur par rapport aux autres membres du groupe.
Pense ne rien connaître sur le thème retenu ou la démarche adoptée.
Dans ce cas, également l’intégrer peu à peu en l’intéressant.
Le langage de tous doit se maintenir au niveau du “bon sens”.
Le timide
Souvent il peut être très compétent.
N’ose pas s’exprimer, se manifester.
À aider avec doigté.
Le faire intervenir par l’intermédiaire d’un “complice” pour le mettre peu à peu en confiance.
Brider ceux qui pourraient l’effrayer.
Ne pas le brusquer.
Le grand seigneur
S’estime ici “déplacé”.
Se croit d’un statut personnel supérieur à celui du groupe.
Affecte de rester en marge.
Arbore une attitude condescendante
Il faut absolument amorcer le dialogue avec celui-ci.
Briser la glace en le faisant parler.
Essayer de le faire sourire ou de l’émouvoir.

Les poids morts

AttitudeConduite à tenir
L’indifférent
Soit paresseux, soit totalement étranger au thème retenu et à la discussion.
Ses centres d’intérêt sont ailleurs, ne se sent pas concerné.
Participe que pour faire illusion, mais le cœur n’y est pas.
Essayer de connaître les véritables motivations de sa présence.
Chercher une passerelle avec le thème traité.
L’inviter à s’exprimer sur des points faciles au niveau du cœur et du bon sens.
Le conformiste
Craintif, sans originalité, en principe est toujours de l’avis :
• du dernier qui a parlé
• de celui qui lui semble le plus fort
• de la majorité
Par des petites questions simples : le mettre ou le faire mettre en contradiction avec lui-même.
Essayer de lui faire affirmer des opinions vraiment personnelles.
Subscribe
Notify of
guest
2 Comments
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments